Prendre rendez-vous en ligneHellocare
RDV PATIENTS : 06 61 79 23 74 54 rue de Sèvres - 92100 Boulogne

De la dépendance affective à l’amour de soi

Dans le couple, on peut être totalement fusionnel(le), disponible, au service de l’autre, agir pour l’autre, l’aider par tous les moyens. On investi la relation amoureuse, tourné vers l’autre.
Ces relations se basent-elles trop sur la croyance que l’amour consiste à faire passer l’autre avant soi ? ou bien n’aurai-t-on pas à sortir d’un certain degré de dépendance affective ?

Vous avez pu aussi mal vivre une période de célibat, ou bien l’appréhender avec difficulté.

Vous avez pu ressentir de l’incompréhension chez l’autre et de violentes disputes.

Le dépendant affectif est un comportement dysfonctionnel, consistant à se dissimuler aux autres et à soi-même, en faisant porter la responsabilité de sa satisfaction et de son évolution physique aux autres. Cela maintient dans des relations peu nourrissantes, transférentielles et débouchant sur des impasses. Ces personnes désirent être aimées, acquérir une valeur et le droit d’être elles-mêmes, sans assumer leurs besoins. Elles sont dans l’aliénation et l’évitement fondamental de leurs besoins en espérant que l’autre leur procure ce qu’elles recherchent. Comment vais-je nourrir ce besoin impérieux d’être aimé, sans que l’autre s’en rende compte ?

Ces personnes ne sont plus vraiment elles-mêmes, elles ignorent leur émotions, agissent à l’inverse de ce qu’elles ressentent (je ris alors que je suis triste), banalisent ce qu’elles ressentent, ne voient pas leurs propres opinions, ne se permettent pas d’exister pour laisser la place à celui dont elles veulent être aimées.

Elles trouvent des partenaires qui leurs permettent de travailler les cibles importantes pour leur croissance psychique.

Pour inverser ce processus d’aliénation, l’hypnothérapeute amène à accueillir les émotions de peur ou d’angoisse plutôt que de les repousser au risque de se trouver symptômisées en phobies ou dépressions. Quels sont les aspects de votre expérience que vous repoussez ? Qu’est-ce que je rejette ou banalise ?

Pour s’assumer ouvertement, le regard va se porter à l’intérieur au lieu de l’extérieur, pour reprendre le pouvoir sur sa vie et se sentir en sécurité, en devenant un ‘sujet’ c’est à dire quelqu’un aux commandes de sa vie, et non un ‘objet’ répondant aux standards des autres et à la merci de son entourage.

S’assumer ; c’est reconnaître ouvertement l’existence d’un besoin et la prendre en charge sa satisfaction. Consentir à accueillir, l’état d’hypnose le permettant, manisfester ses craintes et résistances puis avouer ses besoins devant les personnes importantes pour nous, vivre les émotions qui émergent au contact de l’autre. J’ai manqué d’attention par exemple dans mon enfance, et je me sens bouleversé quand on me porte de l’attention, à la fois réjouie et triste.

Il s’agit aussi de porter la responsabilité de son besoin, prendre l’initiative, puis se réajuster dans la situation par un geste, une parole, embrasser avec plus d’ardeur.

Comments are closed.