RDV PATIENTS : 06 61 79 23 74 54 rue de Sèvres - 92100 Boulogne

Peur de sortir de chez soi, insécurité dans le corps physique et émotionnel

240_F_73981855_FAKTxCFIy2U4kC3RfrZrGfjbfDfZqYawUne femme d’une trentaine d’année raconte : ‘J’ai peur de sortir de chez moi. Je ne sais pas pourquoi. J’en pleurerais, car j’en suis terrorisée. Mon cœur s’emballe, mon cerveau ne semble plus fonctionner, je ne peux plus me raisonner.

J’ai vécu une agression dans la rue à 8 ans, et je n’ai rien dit. J’ai donc fait des thérapies depuis longtemps, psychiatre, psychanalistes, emdr etc. sans résultat.

Ma vie a continué, tout allait bien et à 23 ans, alors que j’étais dans le métro, j’ai vu des points noirs, et ne me suis pas bien sentie, le cœur battant très vite. Quand je me suis réveillée le lendemain, j’étais une autre personne, ayant peur de tout, peur de sortir, et il m’était impossible de me souvenir comment c’était d’être normale. Je me demande ce qu’il s’est passé et pourquoi je suis comme ça. La peur de sortir de chez moi, me paraît aberrante. L’angoisse monte, je panique et je ne comprends pas. Je sortais beaucoup, j’ai eu mon permis, deux enfants, et suis depuis 16 ans avec mon mari. Maintenant, je ne peux pas aller seule chercher mes enfants à l’école. Je ne peux pas aller seule au cinéma avec ma fille.’

Après la première séance, la jeune femme se sent soulagée.

En parlant d’ostéopathie, elle me révèle avoir eu un problème de sciatique paralysante quelques années avant, causée par une hernie qui compressait son nerf. Après des béquilles, de la morphine, des infiltrations, l’ostéopathie l’a guérie.

Ce cas montre comment le corps avait manifesté son stress post-traumatique et son insécurité, et comment bien que mécaniquement réparé, le corps émotionnel continuait a perturber son comportement et sa vie.

Suite à la première séance elle raconte : ‘ Je suis allée au parc seule, c’était vraiment très bien. Je rêve à nouveau. Alors qu’avant je sentais du vide. Je marche et suis tranquille. J’ai même réussi à écouter de la musique en marchant alors qu’avant tous les bruits me dérangeaient et je n’arrivais pas à me concentrer sur la musique. L’angoisse reprenait le dessus et c’était impossible de gérer alors que maintenant j’arrive à me concentrer et m’apaiser.

Lors de la seconde séance, son agresseur prend le visage de sa mère, qui la frappait et la terrorisait.

‘Je relativise et suis prête à avancer dans ma vie. Je cesse de m’empêcher

Comments are closed.